#NdemDuBenskin

Étiquettes
31 octobre 2013

#NdemDuBenskin

Ceci constitue désormais un quotidien dans nos rues :

– Benskineur : Ouais on va où là ?

– Client 1 : Ange Raphael 200

– Client 2 : 300 École Publique

– Client 3 : Ndokoti j’ai 100

– Benskineur à client 3 : mets dedans !

cam241

De nos jours, il est presque impossible de se passer des services de ces motos-taxi, surtout avec ces interminables embouteillages (on en reparlera… promis) à longueur de journée. Les gars là vont partout. Tu ‘‘parles bien’’ comme on dit au mboa[1], le gars t’emmène où tu veux (même en Afrique du Sud) et parfois au risque de sa vie. Nombreux sont ceux là qui dans l’espoir d’encaisser une bonne proposition de leur client, se sont fait déposséder de leur moto. Mais cultivons-nous un peu tout de même (wikinet) :

Moto-taxi / Benskin : Nom masculin d’origine camerounaise, désigne un engin à deux roues de la famille des motos, doté d’un moteur plus ou moins puissant.

Le Benskin tire son origine de la période de villes mortes et du besoin des populations de se déplacer faute de moyen de transport en commun adapté. Plus tard, ce phénomène s’est répandu dans les années 1999-2000 dans la ville de douala pour «  dépanner » ceux qui voulaient se déplacer sur de courtes distances ou arriver dans les quartiers ou le taximan ne pouvait pas, craignant d’abimer son véhicule. C’était donc un moyen de transport rapide efficace et moins cher. Très peu sont ceux qui s’adonnaient à ce métier. On les comptait sur le bout des doigts.

Les conducteurs de Benskin sont appelés Benskineurs. La formation d’un benskineur dure en générale entre deux et quatre heures. Le benskineur est reconnaissable à son teint sombre bronzé par le soleil, son blouson tout sale qu’il arbore fièrement même quand il fait chaud, ses yeux rougis par la cigarette ou la pollution.

On est étonné qu’avec la conjoncture économique, la vie dure, c’est devenu presque le métier incontournable. Peu à peu les benskineurs envahissent les rues de Douala la Capitale économique surtout avec l’importation massive et informelle de ces engins à deux roues venus pour la plupart de la Chine et du Nigeria voisin et leur prix très concurrentiel… – Petite anecdote… j’ai vu un type acheter une moto neuve à 100 000 FCFA. Forcément une moto volée. Et maintenant fort est de constater l’arrivée de diverses marques à l’instar des marques telle que KIMKO, SANILI, SENKE, CARTER, MBOOMA (bientôt il y aura même la marque eto’o), et bien d’autres. Tout le monde s’y met, certains pour arrondir la fin du mois, d’autre pour financer leurs études ou autres choses. Mon frère çà va laisser qui ?

Mais connaissant mes frères camerounais, quand nous sommes nombreux, c’est le désordre qui commence. Le Benskin est conçu initialement pour transporter au maximum deux personnes, mais son utilisation à été détourné et aujourd’hui il est presque normal de voir trois ou quatre personnes agrippées sur un même engin….Dans ce cas ils disent avoir bâché. Les Benams ont dont commencé à rouler n’importe comment. Le respect du code de la route ce n’est pas leur problème (lui quoi dedans) et c’est comme ca qu’ils se font écraser par les camions et très souvent avec leur passager. Ils surchargent leur moto, vous les voyez à 3, 4 parfois 5 dessus.

Pour la petite histoire, un jour j’emprunte l’un deux et le gars veut traverser un carrefour avec le feu qui est rouge.

–       Moi : mon gars le feu est rouge !

–       Benskinneur : Oui mais les motos ont la priorité !

J’ai wanda et je suis moi descendu. Bref, les gars c’est des fous. Et parfois parmi eux se trouvent des agresseurs qui sévissent et parfois tuent. Malgré cela ce sont des gars solidaires et contribuent parfois même à l’arrestation des bandits.

Le Benskineur est souvent instruit, mais se comporte toujours en mouton. Le benskineur n’a jamais tort, est insolent, vindicatif, ne respecte rien, même pas le code de la route. Les pires ennemis du Benskineur et vice versa, sont les automobilistes, avec ceux-ci, aucune carrosserie ne lui fait peur, il a l’insulte facile :

–       Enlève ton corbillard là en route

–       Tu as ramassé ton permis

–       Ah dis-donc, dégage là-bas

–       Vois ses cheveux comme le désordre de la FÉCAFOOT

–       Avec sa face comme le programme des obsèques

Vous savez, Beaucoup viennent des zones rurales pour travailler en zone urbaine en semaine et rentrer chez eux le week-end. Par abus de langage on dit qu’ils sont pour la plupart originaires de Mbouda, une ville de l’ouest Cameroun. Donc ils n’ont même pas où passer la nuit. Raison pour laquelle ils dorment dehors et sur leur moto. Malgré les efforts du gouvernement, le Benskin n’a jamais pu être éradiqué et ne saurait l’être si une alternative n’était proposée. En attendant, les benskineurs continuent de faire la pluie et le beau temps dans nos rues.

© https://www.auletch.com


[1] Mboa : Cameroun

Partagez

Commentaires

Jaquin Rutherford
Répondre

Dani, c'est vraiment chouèt cet article!
Tellement réel du vécu et du comportement des Benskineurs!
Merci! J'attend le prochain avec hâte!

Claudia Madiesse
Répondre

Dani t'es sûr que tu ne passes pas tes journées avec ces bensikineurs. en tout cas de quoi retrouver le sourire après une dure journée. I like it.

Marc Aurele
Répondre

bravo Dani tu as tout dit

fernanda edi
Répondre

wow en tt cs je kiff vraiment

Bethy Rosylisious Ntocko
Répondre

c'est fou comme les histoires vrais que tu racontes peuvent faire rire tant de monde!!! go ahead Dani

Dany
Répondre

merciiiiii...

Caroline M
Répondre

Merci mn grand pr ts tes efforts et surtt continue de nous faire rire et ns informer du quotidien

FéFé
Répondre

Mon passage préféré:
"- Moi : mon gars le feu est rouge !

- Benskinneur : Oui mais les motos ont la priorité !"

i-Michel VFX
Répondre

Je me suis étouffé de lap à la partie: "La formation d'un benskineur dure entre... deux et trois heures"... Vraiment, tu as retracé le way tel qu'on le vie au quotidien. mais sinon, comme @Claudia a demandé plus haut, t'es sûr que tu n'as pas éffectué genre, un petit stage de benam avant de continuer ta route...??? du courage, on wait tes prochaines chroniques.

Michel Mbondo
Répondre

super dany,
"le père tu ne peux pas donner la moto à ton neveux/ petit flis" les gars la...

intègre aussi le fameux dialogue avec les questions made in Cameroun,

linda
Répondre

j'adore ton blog et c'est bien de parlé de ce corps de metier.

Drigue
Répondre

Bravo Dany pour ton article, mais dis-moi, quand tu es descendu de la moto là, le benam t'a laissé partir sans payer ?

Le Houat
Répondre

génial, la façon de raconter, j'ai rigolé jusqu'àààààààààààààààà !
compliments : ça sent le vrai vécu !
cordialités sincères