Douala, l’autre face… 25


Chaque fois que je me suis arrêté pour réfléchir à ce qui se passe autour de moi, je suis toujours arrivé à la triste et pourtant vraie conclusion selon laquelle nous vivons une époque formidable. Je pense à ma vie, pleine de mésaventures, avec ses hauts et ses bas, mais je repense aussi à ma ville, avec le visage tout nouveau qu’elle prend.

Douala, ma chère ville, a aujourd’hui des allures de Golgotha. La peur est le quotidien des habitants, ce qui entraîne que notre bien aimée cité fasse partie des 10 villes les plus insécurisées du monde. Ville hantée? Ville tourmentée? Les citadins n’arrêtent pas de se demander ce qui se passe dans cette cité économique. Non que l’économie ne marche pas! Elle court même… Mais vivre à Douala est un vrai parcours du combattant. Pourquoi? Venez le découvrir ici :

http://cameroonwebnews.com/ ©

http://cameroonwebnews.com/ ©

Les embouteillages : un problème majeur qui paralyse la ville. Et çà ne date pas d’hier, ni d’aujourd’hui, ce qui ne nous laisse même pas présager que demain ce sera ok. Ndog Bong, Makepe, Bonamoussadi, PK8 Village, etc. Chaque matin et chaque soir, ils sont des milliers à être stressés, asphyxiés par les bouchons quotidiens. Non seulement il n’y a pas assez de routes, mais même le peu qu’il y a ne suffit pas à satisfaire tout le monde : chaussée réduite, mauvais état de la route, pas de trottoir. Et c’est ce qui va souvent pousser des conducteurs mercenaires à aller joncher ce qu’il y a comme espace piétons avec une 3ème file de voiture. Ah! J’oubliais, les fameux moustiques de la route que sont les benskineurs (oui je sais! Vous m’en auriez voulu si je ne parlais pas d’eux). Il s’avère qu’ils savent être la maladie et le remède, en fonction du contexte. Dans certains cas, ils sont la cause de ces interminables bouchons, et dans d’autres cas, puisqu’ils savent si bien faufiler entre 2 véhicules, ils sont la solution à la grosse difficulté de retard et au stress liés aux embouteillages quotidiens. Un responsable trouve un parking, y gare son véhicule, prend ses affaires, stoppe la prochaine moto et lui propose un prix faramineux pour arriver au boulot. Le véhicule, il reviendra le prendre plus tard. Peut-être même à son retour. Et ça ne gênera personne… Bien des fois, les deuils (oui les deuils) sont des grandes causes d’embouteillage. Quand une tribu que je ne citerai pas perd un membre, la levée de corps se fait en route. Rien que çà! Donc, une partie de la chaussée va être occupée par des chaises, et les véhicules – qu’ils montent ou qu’ils descendent – ne devront se contenter que d’une voie.

L’inondation : le drainage des eaux est un réel problème dans notre chère cité économique. Des fois en temps de pluie, une bonne partie du peu de routes qu’on a est impraticable. Il suffit d’une pluie un peu forte pour que les eaux sorties des drains et des rigoles inondent les maisons et les routes. Les caniveaux sont à la fois étroits et bouchés. La ville devient vraiment une rivière, mais pas de crevettes : une rivière jaunâtre de saletés et autres débris nocifs et autres ordures ménagères. Pour Jules Kemajou, expert en aménagement urbain et rural, le problème est encore plus complexe. Car, Douala est assise sur des terres basses et la nappe phréatique est proche du sol, ce qui facilite la remontée des eaux. La ville de Douala est l’une des zones les plus pluvieuses au monde à cause de sa proximité avec le Mont Cameroun, et c’est par évaporation que les eaux de Douala baissent. Vous vous imaginez donc tous les habitants d’un quartier qui sont bloqués chez eux si après une forte pluie il n’y a pas un soleil qui se pointe? Quelle tragédie!

Source: http://www.doualart.org/ ©

Source: http://www.doualart.org/ ©

Les insolites : Douala, la ville qui jonche la rivière des crevettes, est aussi le lieu où les histoires les plus folles et les plus raffinées se déroulent :

  • Pélagie, accompagnée de sa camarade, parcourt le marché du soir de Ndokoti lorsque, attirées par les sous-vêtements, elles testent et jaugent ceux-ci. Soudain, Pélagie profite d’un moment d’inattention du vendeur et glisse dans la poche arrière de son pantalon un slip. Malheureusement pour elle, un autre vendeur observe le manège et prévient son voisin. Ceux-ci décident alors de la mettre en tenue d’Adam et lui faire porter l’objet du vol sur la tête.
  • Un homme âgé d’environ 40 ans a été poignardé par un vendeur de fruits dans le fourre-tout au Rond-point Déido le 1er septembre dernier en début d’après-midi. Ce vendeur, parti servir un client à bord d’un véhicule garé non loin de là, a la surprise de constater qu’un homme à bicyclette s’est saisi du couteau du vendeur d’ananas pour couper une corde sale qui le gênait dans ses mouvements. Devant cette mauvaise utilisation de ce qui lui sert à éplucher ses fruits, le vendeur à la sauvette déclenche une bagarre avec cet homme. Malmené, le vendeur se saisit du même couteau et poignarde le cycliste dans le dos. Ce dernier n’a eu la vie sauve que grâce à la réaction rapide des passants.
  • Shell Dakar : une femme, la vingtaine, se ballade bien vêtue dans la rue, avec à ses mains, un sceau d’eau, une serviette, un savon. Puis contre toute attente, au bord de la route, elle se déshabille, et commence à prendre un bain. Toute sereine, elle ne se sent ni gênée ni intriguée par ces innombrables badauds, essentiellement constitués de benskineurs, de taximen, et de toute sorte de vendeurs à la sauvette, qui face à cette scène se mettent à crier, brandissent leurs téléphones afin de garder des souvenirs de ce qu’ils voient.
  • Et ce n’est pas encore fini…

Les accidents : Ici, j’ai repensé à l’incident le plus tragique qui s’est produit récemment : 30 septembre, la vie est brutalement arrachée à une dizaine de personnes parce qu’un camion a perdu ses freins. Il est 19 heures. Eunice y était, et nous a brutalement quittés ce soir. Les questions se multiplient. Le camion là roulait à 19h comment? Que fait un camion a une heure de pointe? C’était quel genre de camion comme çà? Qui avait même fait sa visite technique jusqu’à lui donner le ok? Mais ce n’est pas tout. Je repense aussi à Akwa-Nord, où une femme enceinte et son jeunot ont aussi perdu la vie, écrasés de la manière la plus tragique et catastrophique possible comme par hasard…par un camion. Ici, il est 19h45 environ. Je ne parle même pas des benskineurs, qui du fait de leurs multiples frasques, ont le privilège inestimable d’être le seul corps de métier à avoir un pavillon dédié à l’hôpital Laquintinie. Je repense à ces familles, tristes, meurtries, complètement abattues qui ne savaient pas que ce jour là, elles perdraient un être cher. Je repense à toutes ces personnes aux alentours, qui ont vécu ces images horribles, abominables je dirai. Elles ont échappé certes, çà aurait pu être elles, mais elles ont vu et compris que cette vie, ne se résume qu’à un petit souffle de vie qui peut disparaître si brutalement.

Je repense à ma ville, je repense à Douala…

The following two tabs change content below.
Dany
Je suis une griffe, mon nom est une marque. Plus sérieusement, je suis un jeune camerounais, à la plume simple, et qui pourtant vit des situations assez exceptionnelles, pétries d'émotions et pleines de leçons... C'est tout moi !
Dany

Derniers articles parDany (voir tous)


Dany

A propos de Dany

Je suis une griffe, mon nom est une marque. Plus sérieusement, je suis un jeune camerounais, à la plume simple, et qui pourtant vit des situations assez exceptionnelles, pétries d'émotions et pleines de leçons... C'est tout moi !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

25 commentaires sur “Douala, l’autre face…

  • edwin théophile BAMAL

    dany ton analyse est juste mais tu ne vas pas au shaba(fond) des choses.je suis là depuis bientôt 3ans à douala et j ai vécu,entendu et surpris des phénomènes les plus extraordinaires que je ne pourrais revivre ailleurs.on taxe l’Afrique de l’ouest de centre névralgique de la magie noire de la sorcellerie meurtrière et de la mauvaise foi innée,mais sincèrement j aime mon pays et bien que d’autres pourraient juger ma réaction de disproportionnée,je pense que le pays entier a besoin d une séance,alors une grande séance d’exorcisme.

    • Stephanie Mangoye

      Deja sache Edwin que les demons se trouvent partout. En plus la Bible montre que l’on est vulnerable que lorsque de pres ou de loin, consciemment ou inconsciemment, nous cotoyons des personnes qui pratiquent le spiritisme. Par consequent on cree une ouverture et on perd la protection divine( Levitique 19:31 _1corinthiens 10:20 .Je te propose d’etudier avec les temoins de Jehovah de ta localite pour en savoir davantage.

  • Ledroid

    Ton texte est bien rédigé mais très superficiel.
    Pour un habitant de Douala comme moi, je n’ai rien appris de plus. C’est juste une description sommaire de notre quotidien; sans plus.

    • Dany
      Dany Auteur de l’article

      Tu as peut-être raison… Mais vois-tu Kangol ce billet est d’abord un aperçu de ces réalités quotidiennes de nos rues nos quartiers, qui regroupées dans un même moule, nous font voir notre ville différemment.
      Et puis, toi même tu sais que j’évite les problèemes en restant neutre… il y a des tas de problématiques qui se soulèvent derrière ce constat amer, mais je te propose d’en parler…pas ici, mais devant un bon plat de coki

    • Fotso Fonkam
      willfonkam

      Je pense également que ce billet ne s’adresse pas seulement à ceux qui vivent déjà ces réalités. Il y en a qui ne vivent pas à Douala ou bien qui vivent hors du Cameroun. C’est une occasion pour eux de découvrir l’autre face de la ville de Douala.

      Beau texte, Dany.

  • Pierre La Paix

    c’est emportant! c’est bien rédigé et digeste! à coté surtout des tristes frasques vécues dans notre Cité économique! hélas! c’est dur! très dur! Merci Dany… j’aime le ton de ta plume!

  • Natacha FOY

    C’est bel et bien notre réalité. Maintenant, il faut passer à l’étape suivante : l’action.

    J’espère que ton texte va qui s’ajoute à longue liste de tous les discours qui existe déjà va pousser nos dirigeants à faire quelque chose. Courage mon frère…

  • Jacinte Valery

    Il faut une prise de conscience collective et ceci ne se fera pas en un jour. Il y a des gens qui se contentent de la médiocrité et en profitent même! C’est sûr que c’est pas avec eux que nous pourrons changer les choses. Ma méthode à moi est de déjà sensibiliser les gens autour de moi aux notions oubliées de civisme et de savoir vivre. Ce sera déjà un début! Sinon, le combat ne fait que commencer. Si nous voulons vivre dans une ville fraîche, accueillante et propre, çà commence autour de nous! Merci pour cet article Dani

  • Anne Christelle
    Anne Christelle

    Pourquoi je sens que ce texte fait aussi écho à la tristesse générale du moment? Be strong dear! En ce qui concerne la ville.. je ne saurais que dire… Je pensais encore tout à l’heure que rien de tout cela ne m’enlève mon optimisme. Il y a tellement de choses à faire dans ce pays, dans cette ville. Les chantiers sont si vastes, but still I want to hope… envers et contre tout!

  • Stephanie Mangoye

    Doul et ses calamites.
    Beaucoup de courage aux personnes qui ont perdu leurs familles dans des accidents de la circulation. Ce qui est arrive a Pelagie et aussi recemment a Ndokotti est un poignard dans le coeur.
    Malgre tout ca reste mon doul, la ville ou je suis nee et ou j’ai grandi.
    Merci Dani!!