C’est reparti ! 12


Anna¹ ne veut pas quitter son lit ce matin. Il est 5 heures quand son père frappe à sa porte, avec une voix grave : « Anna, réveille-toi! C’est le jour des classes ». Mais Anna veut encore une fois faire la grasse matinée. On a l’impression que les coups sur la porte la font sortir de l’élan d’un de ces doux rêves qu’elle et sa conscience connaissent… Mais sa mère n’est pas de cet avis. Elle sort, spatule en main, ouvre la porte comme Xena la guerrière, et assène quelques coups aux fesses de notre jeune Anna. Toute en pleurs, elle réveille le quartier… « Va te laver ! Paresseuse ! » et Anna file dans la douche (tu imagines la douleur, multipliée quand l’eau glacée de la douche touche ses fesses… Aïe!)

Bruno lui, est tout excité : le gars s’est même réveillé… avant le réveil. Tout le monde était au courant qu’il se lavait, et pour cause : il reprenait, sous la douche, du X-Maleya : « Bouge ton corps si tu aimes… 1, 2, 3… on descend, on descend…» Ce sont ses propres parents qui cette fois-ci viennent tambouriner à la porte pour lui demander de se taire… Mais Bruno est tout joyeux, tout excité; c’est un petit gars heureux…

Stéphane, lui, est tout confus. Dimanche, la veille, dame pluie a fait des siennes; même pas un brin de soleil dehors. Sa tenue est encore mouillée ce matin. Il pense à la honte du matin, quand il sera avec ses amis. Que faire? Il surchauffe à bloc le fer à repasser, et essaye de sécher son habit, en espérant que sa température corporelle fasse le reste…

Source: .étudiants-ados.com ©

Source : .étudiants-ados.com ©

Vous l’aurez compris chers lecteurs, Anna, Bruno et Stéphane s’apprêtent à reprendre le chemin des classes : c’est la rentrée. Pour certains, c’est un moment de joie, de grandes retrouvailles entre amis, avec la maman du pain haricots spaghettis de la récréation, avec la jolie prof/maîtresse qui nous plaît beaucoup, avec le gourou du portail et sa balafre au visage qui nous pousse toujours à être à l’heure. Mais pour d’autres, c’est la fin… euh comprenez, la fin d’un cycle, un cycle où la vie était simple, un vrai paradis :

  • Réveil à 11 h
  • Petit-déjeuner
  • Télévision à gogo, vautré dans le fauteuil au salon, faisant le tour des Disney Chanel, Disney Cinemagic, Tiji, Teletoon, Nollywood (vous aurez remarqué, pas de chaînes d’infos, même pas la CRTV)
  • Ballades, Jeux de billes, où la Play Station (génération VIP, fini : le pousse-pion, le paradis, ou le mbang)
  • Dîner
  • Télévision (encore)

Fini aussi, les stages de vacances qui se faisaient au marché. La réalité, c’est que la densité de la population au marché augmente…pendant les vacances, et quoi de plus logique : les jeunes élèves venaient « tuer le temps » au marché avec différentes activités/occupations : porteurs de sacs, pousseurs, vendeurs à la sauvette, braiseurs de plantain prune, démarcheurs, etc. Ces stages, pour la majeure partie, étaient des activités qui permettaient de ramener un peu de sous à la maison afin d’aider les parents à gérer le stress de cette rentrée calamiteuse, marquée quelques temps avant par l’augmentation des prix du gaz, du carburant.

Pour moi ce matin, ce n’est pas la rentrée. Ah oui! Tout de même, je rentre aussi… au travail. Mais je la vis cette rentrée, à fond même.

  • On est revenu aux bonnes vieilles habitudes au niveau des boutiques de mon quartier. La maman d’Anna a acheté un pain chocolat de 75 chez Francine, la vendeuse du coin. Elle doit le couper en trois et le mettre dans le sac de sa protégée. Pour cause, Ébola est dehors. Elle ne veut même pas que sa fille achète le pain viande à l’école. « La viande là, ça peut être le gibier, on ne sait pas d’où çà sort, pardon que çà excuse ma fille… »
  • A cause de la rentrée, et de ces joyeux loufoques qui vont à l’école, les taxis sont devenus rares en route. Les quelques-uns qui sont disponibles prennent en priorité les jeunes élèves. Oui au Cameroun, c’est une logique implacable, le jeune élève, l’avenir de la nation, qui paye 200, est plus important que le travailleur (le passé de la nation?) qui paye 500… j’ai jamais compris çà. Faut donc se résigner à prendre un benskin… et même là ! Tu dois bâcher, avec un(e) élève : oui oui! N’est ce pas c’est l’avenir de la nation?
  • Sur la moto, tu vis des scènes, mais alors terribles… Nous traversons une école maternelle. Pendant qu’ici, une joyeuse petite poupée dit au revoir à sa maman, l’autre, toute en cris et larmes, ne veut pas quitter les bras de sa mère pour aller en classe : le supplice est insupportable. La mère a beau lui expliquer qu’à midi, elle reviendra la chercher, que non! Elle veut rester avec maman. Il faudra l’aide de la maîtresse pour l’arracher dans les bras de sa mère. Et regardant bien, une larme dégouline aussi de l’œil de la maman. Je repense à mon époque, à ma chère époque, ou papa me menaçait avec la sandalette pour que j’aille à l’école. Les choses ont vraiment changé…
  •  À cause de la rentrée, les embouteillages ont augmenté, et les policiers sont dehors. Ces hommes en tenue, qui curieusement ont la même tenue que les élèves des lycées, font aussi… leur rentrée.  Le matin, c’est la levée des couleurs au commissariat. Et quand le Maître Commissaire vient les voir en classe, pardon, en route, ils le saluent… en donnant le café.
Source: Isabelle Fouapon ©

Source: Isabelle Fouapon ©

En classe, tout se passe bien… Les maîtresses sont reparties pour de longues journées de folie, où des fois elles trouveront bien de quoi se consoler avec le pain chargé des enfants dans leur sac… la vie n’est pas facile, elles vont faire comment? Les maîtres, eux, ont déjà atomisé leurs élèves avec les devoirs. Eric par exemple, fatigué par le boulot, a dû dormir hier à 23 heures, parce qu’il devait apprendre à son fils Habib à « dessiner la lettre a sur la ligne ». Rien que ça!

Ah! Petite anecdote. Le premier jour, Maurane, la fille d’Isabelle, a déjà été évaluée. Et elle a eu… un 10/10. Wouah! Soit elle est super intelligente, soit elle faisait les cours de vacances pendant les vacances. Mais elle est au Cours Élémentaire non? Isabelle, tu as fait quoi à l’enfant comme çà? Ahkié !!!!

¹Par souci d’anonymat, les prénoms ont été changés

The following two tabs change content below.
Dany
Je suis une griffe, mon nom est une marque. Plus sérieusement, je suis un jeune camerounais, à la plume simple, et qui pourtant vit des situations assez exceptionnelles, pétries d'émotions et pleines de leçons... C'est tout moi !
Dany

Derniers articles parDany (voir tous)


Dany

A propos de Dany

Je suis une griffe, mon nom est une marque. Plus sérieusement, je suis un jeune camerounais, à la plume simple, et qui pourtant vit des situations assez exceptionnelles, pétries d'émotions et pleines de leçons... C'est tout moi !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 commentaires sur “C’est reparti !

  • ELIANE NYOBE

    Très bel article, Stéphane ne connaît pas la méthode du frigo? le bon vieux temps, bien que certaines habitudes demeurent comme la flemme de se mettre debout…j’aime bien la forme de ton article, car le langage du Cameroun est présent.

  • Jacinte Valery

    Eh oui à un moment nous pensions en avoir fini avec les problèmes de rentrée scolaire! Mais voilà, nous devenons parents et çà nous rattrape, nous sommes obligés de sortir le matin aux aurores pour esquiver les embouteillages et arriver à l’heure au boulot! Affaire de rentrée scolaire là…

  • ck l'amour

    mn frer mn momen preferer cetai les sucettes au primaire(heureusemn ke ni ebola,ni le cholera ns guettaient)
    avc les goffresu chokolat au secondaire.

    stephane faisai quoi pdt 3mois pour avoir la tenue sale juska la veille d la rentree.
    celui ki a echouee ira a lecole en octobre. les elves d la conquett doivent suremn maudir la rentree

  • ck l'amour

    isabelle comence fort fort heincool.
    moi mm a la 1ere sekence en terminal javai eu 19 et a la 2e jai eu 6,5.
    cest le debut.
    stephane fait quoi avc la tenue sale juska la veill d la rentree??.
    la technik du frigo march tjr nttk.

    au primaire on aimai les sucettes de ma’a pauline ( heureuzemn k ni ebola.ni cholera ne ns guettaient)

    au secndair on aimai bcp la rentree revoir no ami.revoirs ceu ki avai echoués ( on regardai tjr genr toi mm u faisai koi pr ne pa choko pr passer)
    ceu ki avai echoues naimai pa venir le 1er jr.

  • Bethy

    c’est Bruno qui connait. « sous la douche, du X-Maleya : « Bouge ton corps si tu aimes… 1, 2, 3… on descend, on descend…» »
    1) Tu fente les parents que tu aime trop l’école
    2) quelques jours plus tard… on va le voir entrain d’escalader la barrière du lycée pour aller danser en live X-maleya dans un groupe de danse du Mboa.
    3) « pa’a il n’y a pas classe aujourd’hui »